Guizmo Lyrics – Ça Flingue

J’ai essayé d’stopper la clope, j’ai fumé deux fois plus de shit
Alors j’ai continué l’alcool, pour pas tomber dans un autre vice

Bienvenue dans les années folles, du son en hall qui pue la pisse
T’es arrivé tu faisais la conne, maintenant que t’es là-bas on t’la glisse
Arrête de m’appeler mon petit. T’es pas mon père j’suis pas ton fils
J’avance avec mes burnes, mes pétasses et mes complices
Tout s’est déroulé devant moi, une schnek t’as mis une gifle (Merde!)
Le MC chevelu s’en est arraché les tifs
Alors allez vous faire mettre. Et nous cassez pas les couilles
Y’aura peut-être une trêve quand j’aurai brassé v’la les sous
J’rappe et casse des cous. Leur rats des sales égouts
Petit Guiz’ a bien grandi depuis qu’il est passé par l’écrou

Toi tu crois que c’est cool ? Mais tu t’es trompé. Stup et fonce-dé
Pour une gaffe à la con, tu t’fais gonfler ou meme plomber
Allez stop, j’en ai assez dit
Motherfuck, ils font qu’des flops, parlent de Glocks et jouent les postes devant les Assedic
On té-cla trop d’spliff, des dégâts nocifs. A l’heure ou j’écris, le doc opère mon père adoptif
J’ai besoin de prendre l’air un peu. Quand je teste un d’eux, j’pense à Ulysse qui nous a laissé ici
Et j’vois qu’y a pas de meilleur, alors je m’auto-proclame
Y’a que des tas de players avec des flow d’occas’. Ils ont des beaux costards
Dans leurs rêves, signent des autographes mais en vrai ne sont qu’des merdes

Voilà pourquoi mes potos craquent. Venez là ou ça kick pour de vrai, s’nique pour le tieks
P’tits troubles fêtes qui fument du shit pour se bercer. Ca devient dard de graille
Etant petit, le seul poids que j’avais sur mes épaules c’était celui d’un sac de classe
J’avais pas les yeux éclatés, le foie dans un sale état
A jeun, je pouvais gratter, aujourd’hui c’est pas l’même cas
Depuis qu’j’vends plus d’teu-shi, j’en bédave deux fois plus
Contrôlé contre le mur. Là c’est les bleus qu’j’accuse
J’croyais que c’était des loups mais en fait c’est des porcs
Des putes, bons qu’à poster des photos
De moi en mode sport étude

C’était la belle vie, j’avais un avenir certain
Pendant qu’tu représentes un quartier, on sait même pas si c’est le tien
(Ouzou… Les caravelles)
(Bleh)